Souvenirs, témoignages ou " Fioretti "


  • Récit d’une Tuillerande sur la vie en 1932

    «  La vigne occupait la moitié des sols, le reste étant laissé au blé, à l’orge, qui, grillé, remplaçait durant la guerre de 39-45 le café, l’avoine pour les chevaux, le maïs pour les poules, le seigle pour la paille servant à attacher la vigne, le colza pour l’huile, les prés pour les vaches. »
    «  Nous habitions une maison du village, sans chauffage, bien entendu. La vie suivait le fil des saisons, les effeuilles en juin ,le sulfatage cinq ou six fois par an ».
    «  Pour les parents, la vie était dure, mais pour la jeune tullierande c’était le temps des jeux ; on jouait à la corde ou au faillit sur la route on ne dérangeait personne, les voitures étaient inexistantes, sauf un jour un cycliste qui devait travailler à Zig-Zag, fit un vol plané sur la corde tendue au milieu de la chaussée. »
    « En été, on jouait à la balle, on courait sur les échasses, on se lançait dans d’interminables partie de cache-cache dans les granges et les remises. L’hiver, c’était la luge ou les bobs ‘des luges reliées entre elles avec des ficelles dans la grande descente de Vongy ou dans la montée de la Croix, enfin les théâtres et la capite au fond du jardin » .

    ( Source inconnue )
 
Retour à la page principale
 
  • La Saint-Etienne

    Les habitants du hameau ont plaisir à se retrouver lors de la fête patronale, « la Saint Etienne ».
    Après la messe, on se rassemble dans une ou deux maisons, pour manger les rissoles,
    ou la tarte bouillie, boire du vin chaud, échanger les nouvelles, papoter... »

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • De la tradition à l’association 

    Les travaux de 1996, suivis de près par les Tullierands, de canalisation d'égoûts, ont été suivis
    de près par les Tullierands.
    A cette époque, il n'y a plus de kermesse, et plus d'animation régulière au village. Les habitants
    ressentent le besoin d'une rencontre festive, au moins annuelle.

    Un conseiller municipal, venu de Bourgogne, nommé " Riolot ", veillait sur l'entretien de la chapelle,
    répondait aux demandes des habitants et les transmettait au Maire.
    Il a suggéré, le premier, autour de 1997 : " vous devriez faire une association ! " .
    Dans un environnement peu habité, le hameau de Tully lui apparaissait comme un noyau auquel
    il pouvait s'accrocher.

    (Certains attribuent cette idée à Lucien Vulliez, habitant de Tully, premier adjoint au Maire, et amateur de ces fêtes)

    En décembre 2001, lors d'une réunion après la messe de St-Etienne dans les
    maisons, la création de l'association est décidée, et, en même temps le renouveau de la fête de juillet
    et un voyage en car au mois août.
    Les Tullierands ressentent le besoin de fêtes, de rencontres et de découvertes, qui se renouvellent
    périodiquement.

    ( Source anonyme )


    Le curé François Tavernier organisait une sortie en car des enfants du " caté ". Je suis jeune dans les
    années 60, et habite un quartier proche. Je rencontre les jeunes de Tully et ceux du quartier
    du Châtelard par le catéchisme. Je suis attirée vers l'association lors de la création de la chorale
    en 2008, et apprécie de pouvoir rencontrer d'autres personnes dans une ambiance sympathique.
    Je participe ensuite bénévolement à l'organisation des activités (service aux repas).

    ( Source anonyme )


    Dans les premières années de l’association, certains membres se sont demandé s’il réservaient
    l’association aux personnes habitant Tully…, et où était la frontière de Tully.
    L’élargissement de l’association à travers ses activités a résolu le problème:
    «  les amis des Tullierands sont des Tullierands » .

    Le bénévolat est la marque de l'association : le transmettre à une nouvelle génération est la tâche
    actuelle. Parmi les bénévoles, il faut équilibrer la charge de travail. Les Tullierands n'appartenant pas
    au Comité participent aux activités de l'association qui leur conviennent et restent distants des autres

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • La Laiterie

    Les fermiers emmenaient le lait de leurs vaches et le laitier, " Barbat ", le passait et le revendait aux
    Tulliérands au détail. La laiterie se trouvait chez notre voisin Paul " Favre ".
    Le soir il y avait une longue queue dans notre cour, de personnes avec leur bidon qui venaient
    chercher leur lait. Il y avait une bonne ambiance et c'était un moment de " drague " pour les jeunes.

    ( M.I )


    Pendant des décennies, la laiterie " Barbat " venait à la " mène ", l'endroit où l'on amène le lait,
    à 6 heures 30 et 18 heures 30, récolter le lait des 10 éleveurs de Tully et environs. Des dizaines
    de gens, du village et de plus loin, venaient chaque jour chercher leur lait. Il arrivait que des personnes
    étrangères à Tully ne soient pas acceptées.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Le four à pain

    Ma grand-mère avait un grand four à pain, au bois, et elle y faisait de grosses miches de pain dorées,
    de bonnes tartes aux fruits et à Noël, les rissoles et les tartes à la bouillie. Des femmes du village
    venaient aussi faire cuire leur pain et pâtisseries. Je me rappelle des bonnes tartines de beurre
    et confiture que l'on mangeait au petit déjeuner ou au goûter sur ce bon pain bien croustillant et qui
    sentait bon.
    Des femmes du village venaient aussi faire cuire leur pain et leurs pâtisseries

    ( M.I )
 
Retour à la page principale
 
  • La Bouille

    Le lundi ma mère allait faire la " bouille " au bassin du village. Elle faisait bouillir le linge blanc dans
    une lessiveuse sur le fourneau et allait le rincer au bassin où elle lavait aussi la couleur avec une gros
    savon de Marseille et une brosse à risette. C'était un moment de rencontre pour les femmes avec
    rigolades, les cancans et les nouvelles du village circulaient à ce moment-là.
    Après c'était l'étendage au jardin et le mardi repassage

    ( M.I )
 
Retour à la page principale
 
  • Entraide

    Comme nous n'avions pas de cheval ni de gros matériel agricole, pour les vendanges ou les foins,
    la ferme des Tissotes nous prêtait cheval, chars, râteleuse, charrue … et en contrepartie mon père
    et mes oncles allaient faire des heures de travail quand la ferme en avait besoin.
    Entre voisins on s'échangeait aussi les légumes et les outils.

    ( M.I )


    J'ai fait des kilomètres et des kilomètres pour guider le cheval " Favori " qui appartenait à Joseph
    Marchat, pour passer la houe avec Monsieur Paul Favre, propriaitaire de plusieurs vignes.
    ( Les plus belles de Tully ! )

    (Maurice Decroux)
 
Retour à la page principale
 
  • Au marché

    Ma grand-mère était aussi maraichère, elle faisait les plantons de légumes qu'elle allait vendre au
    marché de Thonon. Nous l'aidions, la veille, à faire les bottes de radis et de poireaux et le matin
    elle partait de très bonne heure avec sa charrette en bois chargée de légumes en direction de Thonon,
    à pied bien sûr, pour le marché qui se trouvait à l'époque place de la Mairie.
    Souvent nous étions très contents de l'accompagner.

    ( M.I )
 
Retour à la page principale
 
  • La Lanterne rouge

    Bien sûr j'ai entendu de parler de la " Lanterne rouge " , (cabane dans les vignes où les jeunes allaient
    danser), mais j'étais trop jeune pour y aller, et même mon frère et ma sœur plus âgés n'avaient pas
    l'autorisation parentale de s'y rendre.

    ( M.I )



    En 1964, par amour de la danse, deux copains, Jean Claude Marchat et Maurice Decroux évoquent
    l'idée de créer un lieu pour se retouver autour de la musique. Rejoints par deux autres camarades,
    ils partent à la recherche d'un local. Ils décident alors d'en construire un sur un petit bout de terrain,
    qui aura comme nom " la Capite ".

    Pour la toiture, des barils en métal vont être récupérés, coupés en deux dans le sens de la hauteur,
    puis applatis afin de confectionner les tôles de couverture. Pour les côtés, nous allions chercher des
    couenneaux à la scrierie " Mouchet " de l'avenue des vallées. Avec nos médiocres moyens financiers,
    nous chargions officiellement, contre paiement, une partie du bois sur une remorque tandis qu'un prélèvement " non autorisé " se faisait en retrait sur un char. Lors du démontage du vieux collège
    de jeunes filles de Thonon, situé à l'angle de la rue des Granges et de celle des Ursules, nous avons
    eu l'occasion de récupérer du parquet pour notre piste de danse.
    Nous avions imaginé une stucture simple et légère et pas trop compliquée.
    Pour l'éclairage, nous avions récupéré auprès des " Ponts et Chaussées ", des lanternes de chantier
    qui fonctionnaient au pétrole. En repeignant ces luminaires pour les rafraîchir, une lanterne devenue
    rouge allait baptiser notre local : " La lanterne rouge "

    ( Cliquez sur les liens suivants pour en découvrir le plan >>>> intérieur - extérieur <<<< )

    Afin de financer notre projet, nous avions créé et mis en vente des " cartes d'adhérants ".
    Nous pouvions alors acheter des boissons, non alcoolisées, pour être vendues et consommées lors
    de nos Dimanche après-midi de danse et de rencontre. Mes petits travaux " au black " m'ont permis
    d'acheter un tourne disque à piles, sur lequel nous passions les 45 tours des " yéyés " et des " Slows "
    des vedettes de l'époque. Nous étions parfois jusqu'à 20 personnes.
    La Lanterne servait aussi à l'équipe, de lieu re repas : une cochonnaille préparée par la tante Berthe
    fut rapportée " au pas de course" pour éviter qu'elle ne refroidisse pas trop vite.
    L'épiphanie s'invitait aussi à " La Lanterne ", pour déguster la galette et tirer les rois.
    Pendant toute cette période, " La lanterne " ne connut aucun incident, même si nous eumes deux
    contrôles de Police sans suite.

    ( Maurice Decroux )
 
Retour à la page principale
 
  • L'Alambic

    La machine à goutte venait au milieu du village pour distiller les fruits des villageois de Tully ou d'autres
    villages. C'était un moment convivial pour les hommes avec rigolades, de bons casse-croûte et un peu
    trop d'alcool. Le propriétaire de l'alambic avait le chic, quand il repérait un touriste ou quelqu'un
    " pas au courant ", de leur faire goûter la " niaule " chaude qui sortait en premier avec des taux
    d'alcool très élevés, " imbuvable ". Le lendemain on découvrait dans nos caves ou nos granges des
    bombonnes de " niaule ". En effet les gens avaient des acquis pour un certain nombre de litres et
    devait les emporter le soir. Ils cachaient les bombonnes du surplus qu'ils avaient distillé, en fraude, et
    venaient les chercher quelques jours après.
    Suivant le fruit distillé il y avait une bonne odeur qui se répandait dans le village, par contre quand
    c'était le marc de raisin ou la gentiane ce n'était pas la même chose.

    Définition de " Niaule ", familièrement, eau-de-vie - Synonymes : gnole - gnôle - gniole - gnaule - niôle

    ( M.I )

    Les " tricheurs "passaient par la porte arrière du bistrot pour ne pas tout déclarer.
    La Régie était installée à Vongy pendant cette période, et il pouvait toujours y avoir un contrôle.
    Ils venaient chercher les bonbonnes quelques jours plus tard, quand la Régie n’était plus dans le coin.

    ( Source anonyme )


    En 1958, l'année de mes douze ans, il m'est arrivé de casser du charbon pour le mettre dans
    la cheminée de l'alhambic venu de Marin, avant que le fuel ne devienne son nouveau combustible.

    ( Maurice Decroux )
 
Retour à la page principale
 
  • La Batteuse

    Le " train " de la batteuse arrivait depuis Bons Saint-Didier. Son propriétaire s'installait sous l'avant toit
    d'Antoine et Dédé Marchat, puis sous celui de Jean Sevenat. Un bruit incroyable annonçait l'arrivée du
    convoi composé d'un tracteur " Vierzon ", d'une batteuse, d'une botteleuse et d'une remorque.
    Nous allions voir les gens travailler.

    ( Maurice Decroux )


    La batteuse venait en juillet. Elle stationnait sur plusieurs emplacements, dans un rayon de 30 mètres
    environ autour du bistrot. Elle restait une semaine, et séparait les grains fournis dans le village
    et dans l'environnement proche, (ex : Les Aricoques, …) de la paille. L'équipe s'activait dans la chaleur.
    C'était aussi un moment fort pour une rencontre des hommes, pour la phase finale d'un travail assurant
    un revenu.
    Le soir, les hommes restaient au bistrot pour faire un gueuleton et continuer la fête, les femmes
    n'y avaient pas droit d'entrée.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les Pressoirs

    La vigne étant très importante à Tully. De nombreux pressoirs était répartis dans le quartier.
    Installés dans une cave, ou sous un hangard. J'ai souvenir de ceux d'Edouard Decroux,
    Jean-marie Berthet, Joseph Marchat, Antoine Marchat, Paul Favre, Louis Favre, Joseph " à l'André "
    Marchat, ou encore Jean Sevenat.

    ( Maurice Decroux )
 
Retour à la page principale
 
  • La Vogue

    A la St Etienne, Monsieur Vesin dit " Poupon " venait avec son accordéon. On y dansait en buvant
    un petit coup.

    ( Maurice Decroux )


    La Vogue à Tully était la version profane et ludique de la fête patronale. Le bal avait lieu sur
    la " place du lavoir ". Le bistrot était ouvert, et on y jouait de l'accordéon. Les femmes n'allaient au
    bistrot que le jour de la vogue. La vogue a continué à exister pendant la guerre de 39-45.
    Les jeunes de Tully allaient aussi à la vogue du Foyer de Vongy et du Sacré Cœur, en famille,
    et plus tard, en groupes de jeunes. C'était des moments où l'on pouvait " draguer ", et trouver
    l'âme sœur, dans un monde proche et semblable.
    La fête du village continue aujourd'hui en juillet à l' Espace Tully..

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • La Luge

    On partait devant l'ancienne usine Dondana pour arriver au milieu du village.
    Un Bob devant, conduit par Maxime Grillet, le plus costaud, suivis de cinq luges, pour un total de onze
    personnes, jeunes et anciens.

    ( Maurice Decroux )
 
Retour à la page principale
 
  • Implantation à Tully

    Parisienne parachutée à Tully par une rencontre à Rome, je suis tombée amoureuse d'un Tullierand,
    et je me marie avec lui. Je fréquente la paroisse, apprécie les activités paroissiales, et notamment
    la kermesse, qui crée de l'ambiance et où les rencontres permettent d'élargir les contacts.
    Dans les années 60, au début de la paroisse des Vallées, le dimanche après-midi, c'est les Vêpres.
    Cette célébration n'est pas obligatoire selon l'Eglise catholique. Mon époux qui a fréquenté l'école
    catholique, y participe, avec d'autres membres de sa famille. Les élèves de " l'école libre "ne rencontrent
    pas spontanément les élèves du public, mais il ne semble pas y avoir de conflits entre eux.
    Je fais la tournée en camion avec mon mari. Un jour un client lui dit : " Il faut faire rentrer la petite ".
    Robert répond : " La petite, c'est ma femme ". L'éleveur se reprend : " Entrez, Madame X ".
    Grâce au lien conjugal, l'étrangère est adoptée.

    ( Source anonyme )


    Lorsque j'étais jeune, il y avait encore des chèvres qui pâturaient dans le quartier.
    Mon grand-père, venant de " Seytroux ", avait, en 1931, construit une maison qu'il n'avait pas pu
    terminer pour raison financière. Mon père l'a reprise juste avant la guerre, et l'a terminée en 1943.
    L'entreprise du Bâtiment a été créée après la guerre de 39-45, avec mon grand-père seul, puis avec
    un salarié, qui devint salarié à plein temps plus tard.

    ( Source anonyme )


    Ma maman avait des treilles (superficie de vignes cultivées) à plat, près du chemin de dessous les
    Crêts
    . Pendant la guerre de 39-45 (en1944), un enfant de 12 ans de Tully jouait avec d'autres à monter
    aux arbres dans l'enclos de la chapelle. Il est retrouvé pendu, car il portait une écharpe, qui lui a serré
    le cou lors d'une chute.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les travailleurs de la terre

    Les habitants assuraient leur subsistance par des productions locales. La vigne couvrait la moitié
    des sols, le reste était occupé par les céréales et les prés, pour les besoins des familles
    de cultivateurs et de leurs animaux

    ( Source anonyme )


    Quand j'étais enfant, Antoine Marchat était agriculteur à Tully et faisait paître ses vaches dans
    le champ à côté de chez moi. Quand il venait les chercher le soir pour la traite, il les appelait par leur
    prénom qui me semblait bien étrange pour des prénoms de vaches.
    En effet, ses vaches ne s'appelaient pas " Noiraude " ou " Paquerette ", mais " Réveil " et " Bobine ".

    ( Source anonyme )


    A l'époque de la Libération, il y avait environ 10 cultivateurs ou éleveurs à l'époque de la Libération.
    Le champ à gauche en allant du village aux Drebines était couvert de vignes et de prés sur 100 mètres
    de longueur et 40 ou 50 mètres de largeur.
    Les plantations de blé, betteraves, pommes de terre servaient principalement à nourrir les bêtes.
    Les éleveurs avaient de 1 à 5 vaches. Des plantations aux Aricoques étaient utilisées pour nourrir
    les bêtes de Tully.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • La vigne et le vin

    Seul, le propriétaire du bistrot gagnait largement sa vie en cultivant de plus en plus de nombreuses
    terres

    ( Source anonyme )


    Les propriétaires de vigne utilisaient le vin principalement pour leur consommation famille,
    restreinte ou élargie. Certains en vendaient ou troquaient à des bistrots locaux, notamment rue
    Jean Blanchard. Ce n'était, en tout cas, qu'un complément de revenus, les cultivateurs de vigne étant
    par ailleurs employés à " ZIG ZAG " ou " Gianola ".

    ( Source anonyme )


    Mon père, locataire, louait une vigne pour fabriquer son vin

    ( Source anonyme )



    Un jour de vendange, une bonde est tombée dans le fossé dans le fossé. Il a fallu aller chercher
    deux bœufs pour la retirer.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • La vie de famille

    Ma sœur aînée avait 10 ans lors de la naissance de son petit frère Michel. Notre mère lui demandait
    régulièrement d'aller promener le bébé dans sa poussette. Un jour, en descendant sous les Crêts,
    ma sœur aînée a rencontré des copines et est partie jouer en abandonnant le landau sur le terrain
    de foot de Vongy. Elle est rentrée en fin d'après-midi, sans le bébé qu'elle avait oublié.
    Sa mère, la voyant revenir seule, était furieuse et l'a attrapée par la peau du cou en voyant la poussette.
    Le petit a été retrouvé, dormant tranquillement dans son landau et Odette ne l'a plus jamais promené.

    Mon grand-père habitait en bas du hameau de Tully et ma grand-mère l'envoyait régulièrement
    faire les courses à l'épicerie Grivel. Il y allait en emmenant sa petite fille, âgée de 4 ans.
    Entre la maison et l'épicerie se trouvait le bistrot de Tully. Au retour des commissions,
    le grand-père s'arrêtait au bistrot boire un coup de rouge, ce que n'appréciait pas sa femme.
    Quand il rentrait de l'épicerie avec sa petite fille, sa femme, trouvant que le temps des courses était
    bien long, reprochait à Lucien d'être passé par le bistrot. Mon grand-père jurait que non, mais ma
    grand-mère n'était pas dupe, en regardant la petite, elle savait qu'il mentait. Bien sûr que mon
    grand-père était passé au bistrot et pour que ma sœur ne dise rien, il l'avait soudoyé avec un sirop
    de grenadine qui lui avait laissé " des moustaches ".

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les fontaines

    Une derrière la maison Favre Victoire, une autre dans le jardin Labéviere, un bassin dans le jardin
    Sénevat. Les propriétaires laissaient les voisins se servir d'eau à la fontaine.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les rencontres

    Les rencontres s'ouvrent au-delà des autochtones !

    Dès mon arrivée à l'avenue de la Dranse, j'ai cherché à diversifier les occasions de rencontre,
    bien au-delà du voisinage.J'ai participé, bien qu'étant nouvelle dans le pays, à la création de
    l'association Chablais Léman Loisirs avec Madame David.
    De nombreux Tullierands en sont devenus membres ensuite. C'était une occasion de rencontres
    en dehors du village..

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les voyages

    Un habitant du village avait commencé des voyages touristiques avec l' E.D.F. où il travaillait.
    Dans les années 50, il s'est mis à organiser des voyages pour sa famille, de plus en plus élargie,
    puis aux voisins et amis. Au début, c'était tout proche ( Saint Gingolf ), puis tous y ont pris goût,
    et les destinations sont devenus les beaux coins touristiques, surtout dans la montagne ( barrages
    de Roselend, d 'Emosson ).Cette " organisation improvisée " a duré environ 15 ans. Il est possible
    que les voyages organisés par la paroisse des Vallées, ouvertes à un public plus large aient rendu
    inutile cette initiative personnelle..

    ( Source anonyme )


    Certains Tullierands ont ensuite adhéré à l'association Chablais Léman Loisirs, qui organisaient
    des voyages plus longs et avec des objectifs de découverte approfondie

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les prières

    Prières à la chapelle

    Selon les dires des anciens, les habits sacerdotaux et des statues ont été placées dans des maisons
    privées . Est-ce après 1905 ou pendant la Terreur, en 1793, au temps de l'Oncle Jacques ?
    Histoire ou légende ? Il existait un carnet des prières dites à la chapelle, tenu par Madeleine Marchat
    qui pourrait se trouver dans les archives de la paroisse de Thonon.

    ( Source anonyme )


    La tradition, entretenue par Madeleine Marchat, était la prière du mois de mai (chapelet), et la fête
    des Rogations. Elle a duré jusqu'à la fin des années 60. Les catholiques la faisaient vivre sans la
    présence d'un prêtre. Audace !!
    Il y eut ensuite, dans les années 70 et 80, une initiative de prières à la chapelle, accompagnée de
    pèlerinages sur le lieu de vie de certaines personnalités religieuses vivantes :
    Padre Pio (canonisé ultérieurement en 2002) et les enfants de Medjugorje, reconnue par
    le Pape François en 2019.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • Les commerces

    Un premier commerce

    En 1945 ou 46, une épicière venue d'Allinges, s'installe près du centre du village, au début de la route
    de Vongy. Tout le monde est content d'avoir un commerce tout près. Mais, la jeune fille fréquente
    un garçon, qui la quitte. Elle se jette sous le train, et meurt des suites de ses blessures.
    Elle sera remplacée plus tard par la famille " Grivel " , qui tiendra l'épicerie pendant des décennies.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
 
  • La kermesse paroissiale

    La Paroisse des Vallées en création devait récolter de l'argent pour rembourser les emprunts
    de construction de l'église. Une kermesse était organisée, fin juin, par des bénévoles de la paroisse,
    avec d'autres habitants du quartier. Les responsables de kermesse cherchaient tous les jeux
    et épreuves qui pouvaient donner un caractère attrayant. Les visiteurs de la kermesse participaient
    à une festivité commune, et passaient un moment récréatif pour tous les âges.
    Bien que le périmètre de la paroisse des Vallées dépassait largement celui de Tully, la kermesse
    jouait ainsi le rôle de fête du village et attirait beaucoup de monde, d'un territoire bien plus large
    que celui de la paroisse.
    Pendant quelques années, il y avait, en automne, un retour de kermesse.
    Dans les dernières années du XX° siècle, le remboursement de l'emprunt étant terminé,
    la kermesse tombe en désuétude.

    ( Source anonyme )
 
Retour à la page principale
   
   
   
   

     Copyright © 2016 - Association Les Tullierands
Plan du Site